...Jean-Michel Stievenard, maire de Villeneuve d'Ascq
 

Cliquer pour aller  la page


Cliquer pour atteindre la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour atteindre la page

 

Ascq, le 2 avril 1944, au petit matin. Les morts gisent dans le sang. 86. De 15 à 75 ans.
Blotties dans leurs maisons, les femmes attendent leurs maris, leurs enfants, leurs amis, leurs voisins. Certaines ont entendu les cris, les coups de feu. Le calme est revenu ; le silence s’est fait.

Elles s’interrogent, se rassurent mutuellement. "Ils vont bientôt revenir…"

Elles s’enhardissent à faire quelques pas sur la route. Bientôt arrivent les rescapés avec la terrible nouvelle "tous tués, tous morts."
Longtemps ces femmes ont été, avec leurs enfants, avec les rescapés, de ceux qui ont porté la mémoire du Massacre de la nuit des Rameaux 1944.

Un jour, ces femmes et ces hommes ne seront plus là pour rappeler le souvenir, pour raconter, pour dire l’horreur et pour exhorter au "plus jamais".

Ascq a formé avec Annappes et Flers la ville de Villeneuve d’Ascq. C’est aux Villeneuvois, à tous les Villeneuvois que revient aujourd’hui le devoir d’entretenir la flamme du souvenir.

Pour que tous sachent, pour que tous témoignent, pour qu’ils le disent à leurs enfants, pour que les Massacrés d’Ascq ne soient pas oubliés, pour qu’un tel crime jamais ne se reproduise.

  Avril 2004 / SHE / Villeneuve d'Ascq