...Le procès
 

Cliquer pour aller  la page


Cliquer pour atteindre la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page
La solidarité
Le procès

Le monument
Le général de Gaulle
Les présidents
Le message chrétien
Le pardon
La ville
Les rues
Les commémorations

Cliquer pour atteindre la page

Le 2 Août 1949, le procès des SS de la division Hitlerjügend, responsable du massacre d'Ascq, s'ouvre au palais de Justice de Lille.

Parmi les 9 soldats allemands présents, il y a le lieutenant Hauck, commandant le train et l'adjudant Zinssmeister, les autres ne sont que des subalternes.

La loi Ascq-Oradour de Septembre 1948 fait, d'un membre quelconque de la division, le responsable des exactions de ses camarades.

Cette loi contredit la déclaration universelle des

droits de l'homme qui indique : "Nul ne peut être puni que pour une faute qu'il a lui-même commise".

Le 6 Août, 8 des neuf inculpés sont condamnés à la peine de mort. Le dernier est condamné à une peine de 15 ans de travaux forcés.

Les huit autres soldats identifiés comme auteurs du massacre et absents du procès, parmi lesquels l'aspirant-adjudant Jura et l'adjudant-chef Buss, sont condamnés à la peine de mort par contumace.

De proches parents des massacrés font une demande de grâce au président de la république. Le 15 juillet 1955, le décret de grâce est signé et le lieutenant Hauck sera libéré en 1957.

  Avril 2004 / SHE / Villeneuve d'Ascq