...La résistance
 

Cliquer pour aller  la page


Cliquer pour atteindre la page

Cliquer pour aller  la page
Le bourg
La guerre
La résistance
Les bombardements

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour atteindre la page

La résistance, par refus de la défaite et de l'occupation, s'organise dès 1940.
Des emplois fictifs, de faux papiers, sont établis pour éviter au plus grand nombre le STO.

A Ascq, Gaston Baratte et Léon Chuffart sont actifs dans ce domaine, avec l'aide du personnel de la mairie.

Une forte augmentation du nombre de clandestins (évadés ou réfractaires du STO,...) vient grossir les rangs de l'armée de l'ombre, la résistance.

La photo représente une classe de conscrits au départ pour le STO.

Les médias locaux sont devenus des outils de propagande aux mains des nazis mais des journaux clandestins sont diffusés et appelent à la résistance. De Londres, la BBC pousse également à la résistance.

L'occupant utilise aussi la menace et la terreur en placardant des avis d'exécution.
Lors de ses interventions, il n'hésite pas à réquisitionner les postes de radio (TSF), coupant ainsi les ascquois d'une de leurs sources d'information libre.

Le renseignement fourni par les réseaux (Alliance,Voix du Nord,...) permet aux Britanniques de poursuivre le combat et les bombardements.

  Avril 2004 / SHE / Villeneuve d'Ascq