...Les bombardements
 

Cliquer pour aller  la page


Cliquer pour atteindre la page

Cliquer pour aller  la page
Le bourg

La guerre
La résistance
Les bombardements

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour atteindre la page

La ligne de chemin de fer qui passe à Ascq relie le Nord de la France à la Belgique (ligne Lille-Bruxelles). Elle est un enjeu stratégique, les allemands y faisant souvent passer des convois militaires.

A plusieurs reprises, dès 1942, les aviateurs alliés ont tenté d'endommager le réseau ferroviaire.

A l'approche du débarquement et dès le début de l'année 1944, les alliés intensifient leurs bombardements.

Leur objectif est simple : désorganiser les convois militaires allemands et couper l'armée d'occupation de ses sources d'approvisionnement.

La vie des ascquois est rythmée par les alertes aériennes fréquentes.

Ces bombardements atteignent parfois la population civile, ce qui permet à la propagande allemande de fustiger ce qu'ils appellent les raids terroristes anglo-américains.

A Pâques, dans la nuit du 9 au 10 avril 1944, le plus important de ces bombardements atteint la gare de triage de Lille-délivrance. Un train de munitions est atteint par le flot des bombes générant un immense incendie.

Ce bombardement dure 35 minutes et 2200 bombes sont larguées sur l'objectif. On dénombre 444 morts, plus de 500 blessés, 3660 maisons détruites ou gravement endommagées, un lourd tribut nécessaire pour se libérer du joug allemand.

  Avril 2004 / SHE / Villeneuve d'Ascq