...La fin du massacre
 

Cliquer pour aller  la page


Cliquer pour atteindre la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page
Les attentats
La furie
Les prêtres
La maison Roseau
La fin du massacre
Les témoignages
L'annonce
Les funérailles

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour atteindre la page

Elie Derache prévient dès 23h05 monsieur Moity qui est de permanence au PC du 2ième arrondissement à Lille des chemins de fer de l'explosion. C'est grâce à sa relation des faits permanente que le massacre sera arrêté.

A 23h15, la gendarmerie de Lannoy est prévenue.

Elie Derache prévient Lille vers 23h30 de ce qui lui est arrivé...Il demande l'intervention de la Feldgendarmerie et de la Reichsbahn.

Confiné dans son local, il ne peut connaître l'ampleur de l'horreur alentour mais il insiste pour obtenir des secours.

4 gendarmes de Lannoy (l'adjudant Duval et les gendarmes Chamiot, Chaudy et Dekeyser) arrivent à vélo vers 0h40. Ils se font tirer dessus, et préviennent eux aussi les autorités.

Peu après, une voiture de la Reichsbahn arrive non loin de la voie ferrée et se rend au 2 rue Galliéni, lieu de cantonnement du Kommando allemand 908. Il semble qu'un officier de police allemand soit avec les cheminots de la Reichsbahn.

Peu après, on entend des coups de sifflet. C'est la fin du cauchemar. Un dernier groupe attend à la cabine d'aiguillage. Il sera sauvé. Le maire monsieur Georges Delebart, mais aussi Gabriel Hétuin et son fils, et bien d'autres, regagnent leur domicile en courant.

Il est non loin d'une heure trente.

Sans cette intervention, on ne sait où se serait arrêtée cette folie meutrière.

  Avril 2004 / SHE / Villeneuve d'Ascq