...La maison Roseau
 

Cliquer pour aller  la page


Cliquer pour atteindre la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page
Les attentats
La furie
Les prêtres
La maison Roseau
La fin du massacre
Les témoignages
L'annonce
Les funérailles

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour atteindre la page

Censés les emmener pour réparer les voies, en fait les nazis conduisaient les hommes à la cabine d'aiguillage, l'antichambre de la mort.

Puis ils étaient amenés près du train. Les plus âgés, qui ne pouvaient courir, étaient frappés d'un coup de crosse.

Des femmes furent aussi amenées et assistèrent horrifiées au début du massacre avant qu'un soldat ne les renvoie chez elles.

Une mitrailleuse était en batterie sur le train et les soldats avaient leur fusil armé.

Les malheureux savaient à ce moment quel allait être leur sort.

Certains, voulant s'enfuir, sautaient à travers champ.

Mais ils étaient alors fauchés par une soldatesque éméchée qui avait élu domicile chez monsieur Roseau (photo de la maison), rue Mangin.

Quatre SS s'y sont installés et terrorisent la famille. Ils sortent périodiquement et tuent à bout portant les ascquois qui cherchent à s'enfuir, malgré leurs cris de pitié.

Comble de l'horreur, monsieur Roseau sera amené à compter le nombre de corps gisant dans son jardin.

  Avril 2004 / SHE / Villeneuve d'Ascq