...Le pardon
 

Cliquer pour aller  la page


Cliquer pour atteindre la page


Cliquer pour aller  la page


Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page
La solidarité
Le procès

Le monument
Le général de Gaulle
Les présidents
Le message chrétien
Le pardon
La ville
Les rues
Les commémorations

Cliquer pour atteindre la page

Après la demande de grâce pour les allemands condamnés demandée par quelques veuves de fusillés, une délégation allemande du mouvement Pax Christi montre à son tour aux chrétiens la voie de la réconciliation.

Le 17 mars 1957, cette délégation, conduite par le docteur Franz Hörhammer, président de Pax Christi en Bavière et par Monseigneur Schröffer, évêque d'Eichstätt, se rend à Ascq.

Ils sont reçus par le cardinal Liénart ( à droite avec Monseigneur Schröffer sur la photo) et par le chanoine Wech, doyen de la paroisse Saint Pierre d'Ascq.

Au cours d'une cérémonie émouvante, les religieux allemands remettent en offrande un vêtement sacerdotal en violet pour la pénitence, un cierge, symbole de paix, et un missel, rappelant que l'église est universelle.

Une bourse d'études est également donnée à un séminariste de la paroisse afin qu'il puisse prendre la suite des deux prêtres massacrés.

Ils succèdaient à un soldat allemand, père de trois enfants, Fritz Brutscheild, cheminot de profession, qui était venu restituer à une maison religieuse d'Haubourdin, le 23 octobre 1955, le crucifix qu'il avait dérobé en 1943 pour le soustraire aux profanations de ses camarades. 

  Avril 2004 / SHE / Villeneuve d'Ascqa