...La solidarité
 

Cliquer pour aller  la page


Cliquer pour atteindre la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page

Cliquer pour aller  la page
La solidarité
Le procès

Le monument
Le général de Gaulle
Les présidents
Le message chrétien
Le pardon
La ville
Les rues
Les commémorations

Cliquer pour atteindre la page

Le massacre passé, la solidarité s'organise. Sur les conseils de madame Thomassin, présidente des veuves de guerre du nord de la France, une association locale est créée sous la présidence de madame Baratte.

Elle a en charge le soutien moral et matériel de ses membres.
Sur la photo, on reconnait madame Baratte (à droite) et madame Guermonprez qui lui succèdera à son décès en 1961 et qui décèdera en 2001.

Les solidarités associatives religieuses ou syndicales se manifestent et les dons affluent de partout.

Un premier secours d'un montant de 1 400 000 F fut versé au comité communal de secours d'Ascq.

Le jour des funérailles, des quêteurs improvisés tendirent leur chapeau et c'est une somme de 75 000 F qui fut recueillie ce jour là.

Le comité français de la libération nationale se réunit le 2 mai 1944 sous la présidence du général de Gaulle.
Sur la proposition de monsieur Mendès-France, commissaire aux finances, il décide qu'un montant de douze millions de francs, le premier accordé à une ville française, le soit à la commune d'Ascq.

Il y aura des affectations de dons moins importants comme des machines à laver ou des machines à coudre pour des familles totalement démunies.

  Avril 2004 / SHE / Villeneuve d'Ascq